Sélectionner une page

Qui un jour ne s’est pas levé un matin en ayant ce sentiment de “subir” sa vie ? Je pense que l’on est vraiment pas mal dans ce cas !

Personnellement, je l’ai ressenti aussi. 

En réalité, pour moi ce terme “subir sa vie”, ça a plutôt été le fait de prendre conscience que j’étais sur pilote automatique, que j’enchainais les obligations de la vie professionnelle avec celle de la vie personnelle sans même y réfléchir, en pensant réellement que je ne pouvais pas avoir le contrôle dessus.

Et puis un jour, à force de lectures et de remises en questions par mon accompagnement avec ma coach, j’ai compris que j’étais aux commandes et que c’était moi qui pilotait ma vie. Personne, à part moi, en était responsable! Si ma vie telle que je la connaissais ne me plaisait pas, alors à moi d’en faire exactement ce que je veux !

 

Dans cet article, je vous propose de découvrir à travers ces 8 conseils, comment arrêter de subir votre vie!

 

1- Identifier les pensées négatives

 

C’est la base et pourtant, c’est peut-être le conseil le plus difficile à mettre en application. Pourquoi ? parce que lorsqu’on “subi” sa vie, on ne se rend pas compte à quel point on s’auto-pollue la tête.

Même si on n’en a pas conscience, à ce moment là, on a beaucoup plus de pensées négatives que positives. On va se dire qu’il “faut encore sortir la poubelle”, qu’on a “un milliard de trucs à faire”, que ce “dossier client va me rendre dingue” ou encore que “de toutes façons on va encore se taper les bouchons et arriver en retard au boulot”…

Et ça nous paraît tout à fait normal de penser comme ça.

Sauf que non, tout ça ce sont des pensées négatives qui à force, vont commencer à nos miner le moral petit à petit et nous donner le sentiment d’être perdus face à l’immensité des choses que l’on se sent obligés de faire.

Identifier les pensées négatives ça va consister à prendre conscience, à chaque fois qu’on en a une, de son existence. Mais pas la peine de se flageller mentalement si c’est le cas en pensant qu’on est qu’un sombre crétin qui n’a que des pensées négatives. Non, pas du tout !

Au moment où on s’en rend compte, on observe cette pensée négative du genre : “ok petite maline, je t’ai vue!”. Mais surtout on ne s’attarde pas dessus en se disant “c’est pas bien, c’est pas bien! il faut que j’enlève cette pensée!”. 

On l’a vue, elle sait qu’on l’a vue la maline et maintenant on la laisse partir ! On ne se raccroche surtout pas à cette pensée et ne vous inquiétez pas, votre cerveau va vite vous trouver autre chose à se mettre sous la dent. Et puis si c’est une autre pensée négative, on recommence, on ne lâche pas le morceau!

Au fur et à mesure, en prenant conscience du nombre de pensées négatives que l’on peut avoir par jour (n’allez pas les compter dans un petit carnet non plus) on va réussir à les laisser partir aussi vite qu’elles sont venues et cela permettra de se sentir bien plus léger à la fin de la journée!

 

2- Eviter les personnes toxiques

 

Nous avons certainement tous dans notre entourage au moins une personne toxique. Parfois, le degré de proximité avec ces personnes de notre cercle familial ou amical fait qu’on ne se rend pas tout de suite compte qu’elles sont “toxiques”.

 

Comment reconnaître une personne toxique ?

 

Finalement ce n’est pas compliqué de reconnaître une personne toxique. 

Vous savez, la vieille Tatie Simone qui critique toujours tout le monde, qui n’est jamais contente pour vous, qui se plaint tout le temps, qui est jalouse de tout et tout le monde, qui fait sa victime en permanence mais qui n’essaie rien de nouveau pour tenter d’améliorer sa vie et qui tentera en plus (et surtout) de vous manipuler pour arriver à ses fins !

Et bien c’est tout ça une personne toxique

Sauf que, comme il y a de l’affect avec une personne toxique puisqu’elle fait très souvent partie de notre entourage depuis longtemps, on ne s’en rend pas compte de cette façon là. 

Ces personnes, en plus d’être de vrai vampires à énergie (vous ressortirez rarement d’un visite chez Tatie Simone sautillant de joie avec un sentiment de légèreté), vont réussir à vous saper le moral en 2-2 et à vous faire ruminer pendant pas mal de temps sur votre vie, votre boulot ou même votre chat qui n’est pas fichu d’attraper la moindre souris! (c’est pas de sa faute quand même, pauvre chat!)

éviter les personnes toxiques

Alors oui, pour votre bien, évitez le plus possible ces personnes. Je ne dis pas d’arrêter totalement de les fréquenter du jour au lendemain, surtout si c’est un membre de votre famille ou un ami proche. Il faut essayer de limiter les contacts et il ne faut pas hésiter à couper court à la conversation si on sent que ça commence à partir en cacahuète.

On peut aussi essayer d’expliquer gentiment à cette personne qu’on la trouve un peu trop négative ou peu trop dure mais ça, c’est à vous de voir en fonction de votre connaissance du caractère de cette personne (et surtout si vous avez peur ou pas de vous en prendre une).

Eviter les personnes toxiques vous permettra aussi de ne pas rester dans une énergie négative et vous aidera à voir que finalement, vous avez le pouvoir sur votre vie…contrairement à ce que vous a beuglé Tatie Simone à travers la porte quand vous êtes parti de chez elle la dernière fois.

 

3- Se lever tôt

 

Oui, se lever tôt est un excellent conseil pour prendre le contrôle de sa vie. En quoi le fait de se lever plus tôt va pouvoir améliorer votre vie?

Et bien c’est le principe du Miracle Morning” du coach et conférencier américain Hal Elrod.

Ce concept qui se répand de plus en plus et fait de nombreux adeptes à travers la planète est pourtant très simple : tous les jours se réveiller plus tôt que d’ordinaire, entre 1h à 1h30 (voire 2h pour les passionnés du Miracle Morning”!).

Le fait de vous lever plus tôt, même si cela paraît inconcevable au début (parole d’experte! ça pique un peu quand même!) vous permettra de prendre un vrai temps de qualité pour vous et surtout de commencer la journée sereinement

En se levant plus tôt, alors que tout le reste de la maison dort encore (bon mis à part le chat qui tente toujours désespérément d’attraper des souris dans le jardin) on a ce sentiment de bien-être qui va se développer à vitesse grand V. Je ne vous cache pas que les premières minutes seront parfois très difficiles mais en exécutant la méthode de Hal Elrod, cela deviendra même, au fur et à mesure un véritable plaisir!

Vous verrez que la journée ne se passera plus du tout de la même manière car vous aurez pris le temps de vous poser, de réfléchir à vos objectifs de la journée, de les noter dans un carnet et vous saurez comment anticiper chaque moment de la journée que vous aurez pris le temps de visualiser lors de ce Miracle Morning.

Grâce à cette méthode, vous avez enfin le sentiment de ne plus subir votre vie puisque c’est vous qui décidez de vous lever plus tôt, de prendre du temps dans le calme pour vous, pour réfléchir et noter vos objectifs.

 

4- Travailler ses pensées positives

 

Tout comme vous avez identifié les pensées négatives, les pensées positives se travaillent. Un peu comme un muscle finalement.

Notre cerveau est aussi un formidable muscle que l’on peut entraîner au quotidien pour atteindre de nouveaux résultats

Ce n’est qu’à force d’entraînement quotidien et répété que l’on pourra obtenir de vrais bénéfices. Je suis désolée de vous l’apprendre, mais si vous n’y êtes pas habitué, les pensées positives ne vont pas se pointer du jour au lendemain, sans rien faire!

Ca se travaille tranquillement.

Si vous vous mettez au Miracle Morning cité plus haut, il y a un temps dédié aux affirmations positives. Au début, lorsqu’on n’a pas l’habitude de le faire, cela peut paraître déroutant de se répéter des phrases du genre “j’ai énormément de valeur et je mérite le meilleur”. 

Ces phrases vont au fur et à mesure créer des ancrages dans notre cerveau.

On va aussi prendre le temps de se focaliser sur nos pensées positives, parce qu’on en a forcément tous. Peut être pas beaucoup au début, mais si on apprend à les observer, à les apprécier, notre cerveau aura envie de nous en envoyer de plus en plus souvent !

Le tout c’est d’être patient avec vous même, les nouvelles habitudes ne sont pas facile à mettre en place et votre cerveau aura besoin de 3 semaines pour intégrer cette nouvelle gymnastique!

 

5- Commencer à croire en soi

 

Lorsqu’on a le sentiment de subir sa vie, on est rarement débordant d’optimisme envers nous mêmes. On est plutôt las, un peu mou et on est loin d’aller crapahuter à l’avant du navire comme Léo Di Caprio pour aller brailler aux baleines qu’on est les maîtres du monde!

Arrêter de subir sa vie, c’est aussi prendre la décision de se donner de la valeur et surtout de commencer à croire en soi ! Si vous n’êtes pas le premier à croire en vous, personne ne pourra le faire pour vous !

Je ne dis pas que c’est forcément simple quand on n’y est pas habitué et qu’on a tendance à se laisser étouffer par un entourage trop négatif et nos propres pensées.

croire en soi

Mais déjà, si vous vous rendez compte que vous n’êtes pas aux commandes de votre vie comme vous souhaiteriez l’être, c’est que vous avez quelque chose de plus que la majorité des personnes qui continuent de se plaindre (comme Tatie Simone par exemple).

Vous avez eu cette prise de conscience alors ne la laissez pas filer ! Dites-vous que si vous vous en rendez compte maintenant c’est que c’est le moment d’agir ! Vous êtes prêt à le faire, alors foncez !

De toutes manières, j’ai envie de vous dire que vous n’avez pas le choix! Maintenant que vous vous rendez compte que le pilote automatique ne vous plaît pas, vous allez faire quoi ? Vous planquer la tête dans le sable et faire comme si de rien n’était ou bien vous sortir les doigts du popotin et  vous dire que vous en êtes capable, même si vous ne savez pas de quoi exactement encore.

Tout ce que je peux vous dire pour conclure ce point : vous avez ce qu’il faut en vous !

 

6- Se fixer des objectifs

 

Justement, ce conseil est parfaitement fait pour vous si vous ne savez pas ou vous en êtes.

Pour ma part, avant tout ça, je n’avais pas vraiment d’objectifs clairement définis dans ma vie.

J’avais un boulot, dans lequel j’évoluais bien, qui me plaisait et qui me permettait de me payer une jolie semaine de vacances à l’étranger en famille l’été.

En fait, si, mon objectif c’était ça : pouvoir me payer une semaine de vacances en été. Mais pour les 51 autres semaines restantes : rien…nada. Bilan : je suis partie dans le mur (ou dans le burnout plus précisément) 

 

Découvrez la méthode SMART

 

Donc pour éviter cela, on se fixe des objectifs et la méthode la plus simple est la méthode SMART :

 

  • Spécifique : votre objectif n’appartient qu’à vous, ce n’est pas un copié collé de celui du voisin parce qu’il fait plus classe. Si votre objectif est de savoir jouer de la Kalimba et bien foncez ! L’objectif doit être clair, compréhensible et surtout sans ambiguïté.

 

  • Mesurable : vous devez être en capacité de pouvoir mesurer facilement que vous avez atteint votre objectif. Par exemple, si c’est pour un instrument de musique, tiens reprenons mon exemple de la Kalimba, vous voudrez par exemple savoir jouer une première chanson en entier.

 

  • Atteignable : il faut aussi se poser la question de nos moyens pour mettre en oeuvre cet objectif et s’il n’est pas trop ambitieux. Par exemple : apprendre à  jouer tout seul une symphonie de Beethoven au piano alors qu’on en n’a jamais joué, qu’on en possède pas et qu’on a pas les moyens de s’en acheter un, ça peut poser un sérieux problème…

 

  • Réaliste : concrètement cet objectif pourra-t-il être intégré dans votre emploi du temps ou dans votre style de vie ? Parce que si vous êtes banquière et que votre objectif est de battre le record du monde de piercings sur le visage, ça peut juste coincer un chouïa. Je dis ça, je dis rien…

 

  • Temporel : et enfin le plus important, il faudra fixer pour cet objectif une date de départ et une date de fin. Pour reprendre mon premier exemple : vous décidez de vous mettre à jouer de la kalimba lundi prochain et dans 3 semaines, vous aurez appris votre première chanson et serez capable de la jouer sans faute.

 

Commencez par un premier objectif, le plus important bien sûr et n’essayez pas de vous en fixer plusieurs, vous risquez de vous lancer dans tous ces objectifs à la fois et au final, aucun n’aboutira. On procède par étapes !

 

Et surtout, faites le point régulièrement sur votre avancée pour savoir où vous en êtes!

 

Nota : merci les pubs facebook et instagram en tout genre qui, en ce moment, allez savoir pourquoi, m’inondent d’offres pour ce petit instrument de musique, la kalimba! wink

 

7- Se créer un vision board

 

Une fois que notre objectif est défini, qu’on l’a bien en tête, on est déjà bien armé pour reprendre le contrôle de notre vie.

Mais finalement, pourquoi est-ce qu’on a envie de faire tout ça ? Pour être plus heureux, d’accord, mais pourquoi d’autre encore ?

C’est pour cela qu’ici, on va se créer un vision board ou un tableau de visualisation si vous préférez la VF. Ce tableau, on va venir le compléter avec des images, des citations, et tout ce que l’on veut finalement pour nous motiver à voir tout ce que l’on souhaite obtenir grâce à cet objectif.

Il faut qu’en voyant ce tableau, un sentiment de plénitude vous envahisse parce qu’en voyant ce tableau et ces images, vous vous projetez totalement dedans. 

Votre objectif est de fabriquer des paniers au crochet pour les vendre afin de vous créer un revenu complémentaire pour vos prochaines vacances au soleil ?

Collez sur votre tableau des images des activités que vous souhaiterez faire quand vous y serez, des images de l’hôtel dans lequel vous aimeriez séjourner, des images de plein de paniers et plein de billets de banque… c’est sans limite, c’est vous qui décidez !

Vous pouvez imprimer des images à partir d’une recherche Google, en les découpant dans des magazines et les épingler sur un tableau en liège. Ou encore vous créer une mosaïque d’images qui vous plaisent directement sur des applications du type Canva par exemple.

Le tout c’est que ce tableau vous “saute” aux yeux tous les jours, pensez donc à l’accrocher sur votre frigo, au dessus de votre bureau… Et si vous constatez que vous ne regardez plus autant votre tableau de vision, pensez à lui changer de place tous les 2-3 semaines pour forcer votre cerveau à y faire attention à nouveau.

 

8- Passer à l’action !

 

“Mieux vaut fait que parfait”

 

N’attendez pas que tout soit parfait pour vous lancer sinon vous ne le ferez jamais! On est tous des “perfectionnistes”, c’est le “défaut” préféré lors des entretiens de recrutement d’ailleurs…

Mais vous verrez, une fois que vous vous serez lancé, même si ce n’est pas “aussi bien” que ce que vous aviez imaginé, vous serez fier de vous et surtout vous aurez envie de recommencer !

Quand j’ai lancé mon blog il n’y a même pas 2 mois, tout était loin d’être comme je le voulais et encore moins parfait! 

Ça ne l’est pas encore aujourd’hui, mais toutes les semaines, je me lance et je passe à l’action en publiant un nouvel article.

Oui, ça fait sortir de sa zone de confort, c’est parfois plus compliqué ou plus long que ce qu’on pensait mais finalement, il y aura toujours un résultat au bout quel qu’il soit.

Mais surtout, vous aurez enfin pris la décision de faire quelque chose pour vous ! Et ça, ça n’a pas de prix !

Enfin si, celui de délibérément lâcher ce foutu pilote automatique et prendre enfin les commandes de votre vie en toute conscience.

Allez-y tranquillement, n’essayez pas d’arriver directement en haut de la montagne alors que vous êtes encore dans la vallée. Il faut progresser pas à pas mais surtout le faire chaque jour.

Challengez-vous tous les jours avec des minis objectifs et foncez ! Passez à l’action sans attendre. Maintenant ! 

3-2-1….GO!

la positive academy 8 conseils pour ne plus subir votre vie

Faites une première bonne action en épinglant cette magnifique épingle à votre meilleur tableau Pinterest 😉

D’ailleurs, dites moi en commentaires ce que vous avez fait pour (re)prendre le contrôle de votre vie ?

 

Ça vous a plu ? pour partager, c'est ici !
  • 71
    Partages