Sélectionner une page

Hello tout le monde !

On se retrouve aujourd’hui pour parler d’un sujet très à la mode en ce moment mais tellement essentiel à notre bien être ! Je vais vous parler de comment sortir de sa zone de confort et vous donner mes conseils, basés sur mon expérience personnelle. Et bah, oui, je suis comme ça, je teste des trucs pour vous et après je viens vous en parler ici !

 la positive academy  comment sortir de sa zone de confort

Qu’est ce que la zone de confort ?

 

Alors, oui, on en entend plus ou moins parler selon quels sont nos divers centres d’intérêts, mais mon avis que si vous êtes ici en train de me lire, vous n’êtes pas tout à fait étranger au sujet. Mais admettons que vous ayez atterri ici par hasard, je vais donc me faire un plaisir de vous expliquer ce concept.

 

Cette fameuse zone de confort, c’est la zone dans laquelle la plupart d’entre nous se retrouve la majorité de notre vie. La zone de confort, c’est en fait la zone dans laquelle on se sent bien dans notre quotidien et qui ne nous demande aucun effort particulier à fournir. On peut aussi l’appeler la zone du “connu” parce qu’effectivement il n’y a pas de surprises ou de challenges à relever dans cette zone là

 

C’est aussi dans cette zone là que l’on va pouvoir ressentir un sentiment d’ennui parce que clairement, il ne se passe rien de bien palpitant là-dedans…

Cette zone de confort, elle s’applique à tous nos domaines de vie : professionnel lorsque l’on fait un métier qui ne nous demande pas trop d’efforts et qui n’est pas challengeant, dans notre vie personnelle lorsqu’on est content d’être en couple par exemple mais que la routine s’est installée ou encore au sport (et c’est déjà bien d’y aller régulièrement, et si c’est votre cas, tout mon respect !) quand on fait toujours les mêmes machines ou les mêmes cours. Donc en gros dans la zone de confort, on est plutôt plan-plan, à se la couler douce.

 

Mais que se passe-t’il en dehors de cette zone ?

 

En fait, la zone de confort n’est qu’un tout petit noyau au centre d’un système bien plus vaste…et bien plus challengeant !

Lorsqu’on ose s’aventurer en dehors de notre zone de confort, on va se retrouver en plein dans la zone de peur, et parfois celle là, c’est clair qu’elle fiche vraiment la trouille, croyez-moi ! Mais c’est un passage obligé si l’on veut vraiment se dépasser et aller vers quelque chose de plus palpitant et qui nous fera progresser à coup sûr !

Derrière ça, on va retrouver la zone d’apprentissage, celle où on commence à apprendre des nouvelles choses et surtout où on apprend à faire face à de nouvelles difficultés. Et enfin la zone de croissance : la zone où on se dit “ça y est ! enfin j’y suis arrivé !” la zone vraiment cool et kiffante, mais du coup on trouve ça tellement cool qu’on a qu’une envie, c’est de se fixer de nouveaux objectifs ! 

Parce que oui, ensuite notre zone de croissance redevient une zone de confort au bout d’un certain temps, alors on repart dans ce processus et c’est ce qui est génial et qui nous fait constamment avancer dans la vie !

 

Vous comprendrez sûrement mieux avec ce mignon petit schéma du site “Je deviens meilleur

sortir de sa zone de confort

 

 

Pourquoi vouloir en sortir ?

 

Finalement, quand on ne sait pas ce qu’on rate, pourquoi vouloir sortir de sa zone de confort ? C’est vrai ça ! On est bien au chaud dans notre zone de confort et on ne demande rien à personne, certaines personnes pourraient y rester toute leur vie ! Enfin, en tout cas, c’est ce qu’elles pensent…

 

Parce que messieurs, mesdames les flemmards de la sortie de zone de confort, je suis désolée de vous l’apprendre mais en fait c’est un peu dans nos gênes de vouloir sortir de notre zone de confort et surtout de rester focaliser sur l’objectif à atteindre et sur les bénéfices que l’on va en tirer. Malheureusement, plus on grandit et plus on va avoir tendance à oublier cette volonté de fer et cette remise en question permanente.

Juste un petit exemple comme ça en passant : quand vous étiez bébé, vers l’âge de 12-18 mois, et que vous avez décidé de commencer à marcher…c’est quand même une sacrée sortie de zone de confort, non ? Et le mieux dans tout ça, c’est la persévérance avec laquelle on agit chaque jour pour progresser et réussir enfin à marcher, peu importe le nombre de gamelles que l’on doit se prendre pour y arriver, on a tous réussi à le faire (si on a la chance de ne pas avoir de problème psychomoteur, cela va de soi).

Et puis une fois que l’étape de la marche, qui était alors notre zone de croissance, est bien maîtrisée, on repasse en zone de confort, c’est là qu’en général on commence à vouloir courir (et c’est reparti pour une série de gamelles…).

 

Vous l’aurez compris, quand on sort de sa zone de confort, on peut quand même en tirer de sacrés bénéfices !

 

La peur de l’échec 

 

Cependant, c’est vrai qu’il peut y avoir des inconvénients, enfin surtout un gros : L’ÉCHEC.

Et ça, cette peur de l’échec, elle peut être carrément paralysante dans certaines situations. Mais pour passer au delà de cette peur paralysante de l’échec, c’est surtout notre vision et notre rapport à l’échec que l’on doit travailler.

On pense que ce n’est jamais facile de rebondir après un échec et certains auront même tendance à penser que tout est fichu après un échec, mais la plupart du temps, c’est FAUX !

L’échec est une super opportunité de pouvoir recommencer et de se rapprocher encore plus de notre objectif, sauf que notre cher petit égo ne voyant pas cela du même oeil, aura tendance à nous rabaisser et à nous plomber le moral pour des lustres.

 

“Pour qu’une étoile naisse, il faut qu’une nébuleuse gazeuse s’effondre. Donc effondre-toi. Emiette-toi. Il ne s’agit pas de ta destruction. Il s’agit de ta naissance.” Zoe Skylar

 

L’échec, je le vois plutôt comme un exhausteur de goût finalement. C’est vrai que parfois sur le moment ça va piquer un peu mais par la suite, lorsque l’on atteint ses objectifs et qu’on est dans notre zone de croissance, on peut savourer tout le parcours déjà réalisé. Si finalement on réussi tout sans jamais se donner de mal ou sans faire d’erreurs, est-ce qu’on apprend réellement quelque chose ?

 

Quelles étapes faire ?

 

Personnellement, depuis qu’on m’a aidé à sortir de ma zone de confort, ou en tout cas à me faire prendre conscience que c’était cool d’en sortir, on ne m’arrête plus !

Sortir de sa zone de confort, c’est vraiment pas simple et parfois on pense même qu’on en est incapable. Pourtant, si on commence à réfléchir un tout petit peu, on le fait très souvent ! Le souci c’est qu’on n’en prend pas assez conscience. 

Prenons un exemple : pour une personne réservée qui rêve d’adresser la parole à une personne qu’elle croise tous les jours et avec qui elle aimerait se lier d’amitié mais qui n’ose pas aller plus loin que le simple bonjour de politesse quand elle la croise chaque jour.

Finalement, la première fois, on peut-être juste lui dire bonjour, puis au bout de quelques temps, on va rajouter un “comment ça va ?”, et puis ensuite peut-être un compliment sincère sur la personne (on adore son sac à main ou ses bottes, bref, vous voyez quoi !) et résultat on va engager un peu plus la conversation chaque jour pour au final commencer à se lier d’amitié.

Donc, sans s’en rendre forcément compte, on sera sorti de sa zone de confort progressivement, tout en douceur. Mais si on avait décidé de ne pas en sortir justement, on se serait limité à un simple bonjour pendant des lustres et des lustres et il ne se serait donc absolument rien passé…

 

On peut aussi, selon le contexte utiliser des méthodes plus radicales pour sortir de notre zone de confort. Je prends mon exemple personnel : me lancer dans un blog a été une sacrée sortie de zone ! Et là, c’est un peu comme arracher un pansement d’un coup sec ou se jeter à l’eau en Bretagne par une mer à 15° ! Le jour où j’ai cliqué sur “publier” pour mes tous premiers articles, je n’en menais pas large ! Mais finalement, je m’en suis sortie en un seul morceau, je suis toujours vivante !

 

Faites-vous aider !

 

Je dois quand même avouer que si je n’avais pas été challengée par ma coach de le faire, je ne serais peut-être pas arrivée au même résultat !

Sortir de sa zone de confort c’est challengeant mais parfois on va avoir besoin d’un petit coup de pouce de notre entourage pour y arriver ! Parce que justement, s’engager verbalement devant d’autres personnes à faire telle ou telle chose, ça va nous motiver ! D’autant plus si on a le goût du challenge, ces personnes vont pouvoir nous mettre au défi d’atteindre un résultat bien précis et souvent même au delà de ce que nous même allions nous fixer comme propre objectif !

 

Et si je n’y arrive pas ?

 

Et oui, pas la peine de vouloir viser la lune en premier, ça risque de nous faire dégringoler plus vite. On peut essayer, mais si on n’est pas trop habitué à se challenger, c’est un coup à se dégoûter. 

On commence par plus petit et puis si ça ne devait pas marcher, on réduit encore l’objectif mais surtout, on n’abandonne pas !

Chacun à son niveau est capable d’atteindre des objectifs même si aux yeux d’autres personnes ça peut paraître ridicule, le tout c’est de nous conditionner le cerveau à avancer encore et toujours ! Et puis de toutes manières, on le fait pour qui ? Pour nous ou pour les autres ? Alors, on est bien d’accord, on s’en secoue le cocotier de l’avis des autres qui feront moins les malins quand ils verront qu’on a peut être commencé petit joueur mais que maintenant, c’est eux, les petits joueurs !

 

“Si tu ne peux pas voler, alors cours. Si tu ne peux pas courir alors marche. Si tu ne peux pas marcher, alors rampe, mais quoi que tu fasses, tu dois continuer à avancer” Martin Luther King Jr.

 

Bilan

 

Bon alors, on en fait quoi de tout ça maintenant ? Allez, hop ! on passe à l’action ! 

Alors non, le but n’est pas d’aller enfiler ses baskets pour aller (essayer de) courir pendant 30 minutes d’affilée histoire de se remettre au sport et de sortir de sa zone de confort qui a un air de canapé et d’abonnement à Netflix. 

Mais on se donne un petit objectif de courir 5 min sans s’arrêter, on va traverser cette zone de peur qui ressemblera étrangement à nos poumons essayant de se faire la malle par nos trous de nez, mais on continue parce que derrière, dans la zone d’apprentissage on va se rendre compte que l’on est capable de le faire en trouvant notre façon de respirer pour ne pas se chopper un point de côté par exemple. Quand la zone de croissance arrivera, vous serez super fier d’avoir accompli ce premier petit objectif et vous aurez envie de vous challenger encore plus et en plus vous kifferez sûrement le résultat final.

Pour ma part, me lancer dans un blog n’était pas une chose ultra facile, la peur d’être “visible” me fichait une trouille folle ! Et bien vous savez quoi, depuis je continue de m’auto-challenger et j’ai même fait le pari fou (pour moi-même !) de me lancer dans une vidéo live sur mon profil Facebook personnel ! 

Résultat : non seulement j’ai kiffé ce moment, mais en plus je n’ai eu que des retours positifs sur cette grande première pour moi ! Plutôt kiffant non ? Et pourtant, 30 secondes avant de lancer ce live, je n’en menais pas large, je vous le dit ! Mais je voulais absolument sortir une nouvelle fois de ma zone de confort et j’en suis fière.

 

Alors c’est quoi votre prochaine sortie de zone de confort ?

Ça vous a plu ? pour partager, c'est ici !
  • 38
    Partages